Politique agricole commune : définition

La politique agricole commune, le plus souvent abréviée PAC, est une des plus anciennes politiques au sein de l’Union Européenne et l’on peut même la considérer comme l’un des piliers de la construction de l’Europe en tant que communauté. Cette politique fut initialement prévue lors du traité de Rome en 1957 avant d’entrer en vigueur 5 ans plus tard à la date du 30 juillet 1962. Nous allons passer en revue ses objectifs, ainsi que ses grands principes, et également voir ce qu’elle représente aujourd’hui.

pacObjectifs de la politique agricole commune lors de sa création 

A l’origine, la politique agricole commune a été conçue pour donner du poids à l’Europe et lui assurer un secteur agricole viable, moderne et résistant à l’instabilité des marchés. Le but était également d’assurer une autosuffisance aux pays membres avec en corollaire plus de solidarité entre eux car certains pays connaissaient de fortes lacunes dans le secteur.

A travers des règles communes et une coordination des divers organismes nationaux, les objectifs de la PAC visaient à :

– un accroissement de la productivité de l’agriculture en la modernisant de fond en comble.

– assurer un niveau de vie équitable aux agriculteurs pour qu’ils puissent vivre de leur travail.

– stabiliser les marchés grâce à des règles communes et bien établies en matière notamment de concurrence.

– mettre en place des mesures pour garantir la sécurité des approvisionnements.

– établir des prix abordables pour les citoyens des pays membres.

 A lire aussi : Qu’est ce qu’une politique Conjoncturelle ?

Les grands principes de la PAC

definition-pacC’est à la Conférence de Stresa de 1958 qu’ont été définis les grands principes de la PAC. Ces principes sont les suivants :

– un marché unique pour la libre circulation des marchandises.

– la préférence communautaire pour protéger les pays membres des instabilités du marché mondial et de la concurrence des pays à bas prix.

– la solidarité financière assurée par le budget communautaire et ce, à travers la prise en charge des dépenses imposées par la politique agricole commune.

– une garantie d’avoir les prix minimums pour les producteurs.

Grâce à la PAC, les agriculteurs bénéficiaient dès lors d’aides indirectes, avec l’assurance d’avoir un prix minimum pour leur production, et de subventions, afin que les exportations européennes ne soient pas mises en péril à cause des prix qui avaient la garantie d’être supérieurs aux prix mondiaux. De plus, avec la mise en place d’une préférence communautaire, le marché européen disposait d’une arme pour faire face à la concurrence liée à l’importation de produits à faible prix.

A partir de 1992, les agriculteurs ont pu bénéficier en plus d’aides directes. Ces dernières représentent aujourd’hui l’essentiel du budget consacré par la politique agricole commune comme nous allons le voir plus loin. En plus de ces principes fondateurs, les évolutions de nos sociétés font que des problématiques environnementales, de sécurité sanitaire mais aussi de développement rural font dorénavant partie de la PAC.

La politique agricole commune de nos jours

La politique agricole commune compte aujourd’hui pour plus de 40% du budget total de l’Union Européenne ce qui en fait une des plus importantes politiques au sein de la communauté. Cette PAC se compose de la manière suivante :

les aides directes aux agriculteurs : c’est ce qu’on appelle le premier pilier et cela représente plus des deux tiers du budget. Ces aides ont comme objectif de soutenir financièrement les agriculteurs.

le développement rural : le second pilier de la PAC vise, entre autres, à moderniser les exploitations agricoles, à aider à la transition vers une agriculture plus biologique ou encore à aider des agriculteurs à s’installer.

Avec le temps, la frontière entre ces deux piliers s’est estompée et le tout tend à s’harmoniser même si l’organisation et la mise en place de la PAC sont de plus en plus complexes à entreprendre avec le contexte actuel de concurrence accrue avec le reste du monde et avec la prise en compte des changements climatiques majeurs qui bouleversent nos sociétés.

A voir aussi : Qu’est ce que la Politique de l’Enfant Unique ?