Qu’est-ce que la politique budgétaire ?

politique-budgetaireDéfinition de la politique budgétaire

La politique budgétaire est un des principaux moyens dont dispose un gouvernement, avec la politique monétaire, pour agir sur l’économie de son pays et la mener à un équilibre. En régulant la répartition des recettes dont il dispose et les dépenses publiques qu’il pourra allouer, le gouvernement mènera des actions afin d’atteindre des objectifs économiques et sociaux.

Ces objectifs dépendront de la conjoncture économique et de ce fait, la politique budgétaire pourra viser une politique de relance, pour stimuler la croissance économique, ou elle pourra faire l’objet, à l’inverse, d’une politique de rigueur afin de réduire le déficit public, par exemple, ou de freiner l’inflation.

A lire aussi : La Politique de l’Offre, définition

Les principaux leviers de la politique budgétaire

Comme nous venons de le voir, un gouvernement peut mener sa politique budgétaire en agissant sur les deux composantes de son budget que sont les recettes et les dépenses publiques.

– Les recettes publiques :

Les recettes publiques les plus connues et les plus importantes pour un Etat sont celles obtenues par des impôts. En effet, les recettes fiscales peuvent provenir d’impôts indirects, comme la TVA, ou d’impôts directs comme l’impôt sur le revenu.

Il est à noter que quand les dépenses de l’Etat sont supérieures aux recettes, ce dernier devra recourir à l’emprunt et dès lors, cette dette figurera parmi ses dépenses.

– Les dépenses publiques :

Les dépenses publiques de l’Etat peuvent revêtir plusieurs formes :

– Les dépenses liées au fonctionnement des administrations publiques et notamment les salaires des fonctionnaires.

– Les dépenses d’investissement liées à l’investissement public. Par exemple, la construction d’un lycée.

– Les aides publiques qui sont de plusieurs sortes : minima sociaux, allégements fiscaux, aides à l’investissement des entreprises etc…

Voir aussi : Qu’est ce que la Politique Structurelle ?

politique-budgetLes effets de la politique budgétaire

– Les stabilisateurs automatiques

Parfois, l’économie va se rééquilibrer d’elle-même avec les mécanismes du budget et de ce fait, la politique budgétaire aura un rôle de régulateur de l’économie. C’est ce qu’on appelle les stabilisateurs automatiques.

Ces stabilisateurs automatiques feront que des ajustements naturels auront lieu selon la conjoncture économique observée :

– En période de récession, la consommation et la croissance pourront être naturellement relancées grâce aux aides (minima sociaux, réduction d’impôts…) que reçoivent certains citoyens au chômage ou en situation de précarité. Ces derniers pourront continuer de consommer et ainsi participer à la croissance et à la relance du pays.

– A l’inverse, quand tout va bien pour l’économie (chômage à un taux acceptable, croissance soutenue…), les stabilisateurs automatiques vont permettre naturellement d’éviter ce que l’on appelle une surchauffe c’est-à-dire un risque d’inflation. Les recettes de l’Etat augmenteront grâce à l’impôt et les dépenses seront réduites, ce qui sera notamment dû au fait que moins d’aides seront versées.

– Les politiques volontaristes

Face à un contexte économique difficile, l’Etat pourra choisir de mener une politique budgétaire volontariste pour soutenir l’activité économique à court terme. Par ce biais, l’Etat fera jouer un mécanisme appelé multiplicateur keynésien – nommé ainsi parce qu’il fut décrit par l’économiste Keynes – qui permettra de contrebalancer l’insuffisance des dépenses privées par une augmentation des dépenses publiques.

Le gouvernement pourra décider ainsi de lancer de grands projets qui feront travailler les entreprises. Ces dernières pourront dès lors augmenter leurs investissements, créer de nouveaux emplois et ainsi, plus de personnes auront accès à des revenus ce qui conduira ultimement à une stimulation de la croissance car les personnes concernées consommeront.

Par ailleurs, la politique budgétaire pourra aussi faire en sorte que le revenu de certains citoyens, dont les plus modestes et les membres de la classe moyenne, soit augmenté en baissant les charges fiscales qui pèsent sur eux. Avec ce regain de pouvoir d’achat, ces personnes pourront contribuer positivement à la hausse de l’activité économique du pays.