Politique de l’enfant unique : Explications

Avec l’arrivée au pouvoir de Mao et des communistes dans les années 1950, la Chine a commencé en prendre de l’ampleur et à progressivement se moderniser. A cette époque, le dirigeant chinois considérait qu’une nation forte devait avoir une population élevée et la natalité était dès lors fortement encouragée. Avec une amélioration de la médicine préventive, une meilleure couverture des vaccins et un accroissement global des conditions de vie, la mortalité a nettement baissée dans le même temps si bien que la population chinoise a fortement explosée dans les années 50 et 60. Cette rapide transition démographique poussa le pouvoir en place, sous l’impulsion de Deng Xiaoping, à adopter une politique de l’enfant unique pour contrôler des naissances qui étaient devenues, par leur trop grand nombre, un problème national.

Lancement de la politique de l’enfant unique en Chine

enfant uniqueA la suite d’un recensement effectué dans les années 70, et qui montrait que la Chine comptait 100 millions d’habitants en trop, les autorités chinoises commencèrent à inciter les couples à n’avoir pas plus de deux enfants. La Chine à cette époque s’ouvrait peu à peu sur le monde et une surpopulation était perçue comme un problème dans un contexte d’économie mondiale.

Puis, Deng Xiaoping, l’homme fort de la Chine de 1978 à 1992, lança officiellement la politique de l’enfant unique en 1979 pour forcer les Chinois à ne pas avoir plus d’un enfant. Dès lors, un strict contrôle des naissances fut mis en place sur la population, à l’exception des minorités ethniques que sont les Tibétains et les Ouïghours.

Si la politique de l’enfant unique a semble-t-il eu des résultats dans les plus grandes villes, son effet n’a pas été aussi important dans les coins reculés du pays même si elle aurait permis, selon certains chiffres, d’éviter environ 300 millions de naissances.

A lire aussi : Politique de Prix, définition

Effets de la politique de l’enfant unique en Chine

Politique de l'enfant uniqueL’essor économique phénoménal du pays, ainsi que cette politique de l’enfant unique, ont conduit la fécondité à connaître un net recul en Chine. En effet, cette dernière a vu ses naissances passées bien en-dessous des deux enfants par famille. En parallèle à cette diminution de la natalité, les autorités ont également pu constater un vieillissement de la population.

Pour contrer ce phénomène et essayer de stabiliser le taux de natalité, des assouplissements ont eu lieu à la fin des années 90 pour permettre à certaines familles dans les campagnes d’avoir un deuxième enfant si leur premier enfant était une fille. A cette époque, il faut savoir que de nombreuses familles avaient recours à l’avortement, voire à l’infanticide, afin d’avoir un garçon pour pouvoir avoir un enfant capable de travailler. Avoir une fille était considérée par beaucoup comme un fléau et une charge beaucoup trop lourde à porter.

Dès lors, maintenir une croissance démographique équilibrée, tout en luttant contre le vieillissement de la population, est donc désormais devenu un enjeu de taille pour la Chine.

A voir aussi : Qu’est ce qu’une Politique de Produit ?

Fin de la politique de l’enfant unique et avenir démographique de la Chine

En 2013, la Chine décida une nouvelle loi d’assouplir sa politique de l’enfant unique en ouvrant la possibilité à tous les couples d’avoir un deuxième enfant alors que seules les familles vivant à la campagne le pouvaient précédemment. Il fut en outre décidé que cette politique serait ajustée progressivement afin de produire les résultats escomptés.

Toutefois, cette politique de l’enfant unique fut abandonnée totalement lors d’une décision prise par le Comité central du parti communiste chinois en octobre 2015 et les couples furent à nouveau autorisés à avoir plus de deux enfants dès le mois de janvier 2016.

Pour autant, une occidentalisation de la population a pu être observée en Chine ces dernières années et les changements sociétaux ont dès lors été nombreux. Si l’on ajoute à cela le coût que représente un enfant, rien ne dit que les familles chinoises modernes voudront avoir plus de deux enfants ni même plus d’un enfant.